Le Brexit est-il un danger pour le secteur de l'Aéronautique ?

12 Juillet 2016

Quel a été l'impact du Brexit sur la situation du marché de l'Aéronautique Européen ?

Le 23 Juin 2016, le Royaume-Uni organisait un référendum historique quant à sa sortie de l’Union Européenne. Le « Leave » l’a emporté avec presque 52% de voix, entraînant avec lui une succession de fluctuations boursières et économiques. Actuellement, la Livre Sterling enregistre une baisse importante de sa valeur depuis le 23 Juin. Un Euro valait 0.75 centimes le 23 Juin pour en valoir à peu près 0.85 actuellement.

Cependant, les principaux problèmes pour l’Aviation Britannique et Européenne reposent dans le fait que l’espace Aérien du Royaume-Uni ne fera plus parti de l’Union Européenne.
En effet, il est par exemple prévu que le Royaume-Uni enregistre une baisse des passagers d’environ 5% d’ici 2020. Le 3eme Pays Européen de l’Aéronautique, qui compte plus de 230 000 salariés et 3000 entreprises dans le secteur, dont quelques historiques tels que Rolls Royce ou GKN, est aussi un des principaux pays de création de produits manufacturés destinés à l’Aéronautique par l’implantation de différentes filiales de groupes mondiaux (Safran, Airbus…). Airbus s’est déjà questionné sur le futur de ses 15 000 emplois au Royaume-Uni ainsi que de sa R&D importante sur le sol Britannique, à hauteur de 500 millions de Livres par an.
La libre circulation dans l’espace Aérien Européen avait aussi favorisé le développement des compagnies Lowcost. EasyJet a par ailleurs d’ores et déjà demandé un certificat de transporteur dans un pays de l’Union Européenne pour pouvoir s’assurer l’accès aux pays de l’UE.

Cette sortie de l’Union remet aussi en cause la pratique du Cabotage, qui permettait aux compagnies de faire des vols domestiques dans un pays étranger après être auparavant arrivées dans le pays par le biais d’un vol international.
Dans un pays comme le Royaume-Uni, cela peut s’avérer problématique, Londres étant la première ville Européenne en fréquentation d’avions d’Affaire. Le Royaume-Uni devra donc renégocier ses droits et veiller à rester partie intégrante de l’ECAA (European Common Aviation Area) si elle ne veut pas trop concéder dans cette sortie de l’Union Européenne. Cependant, l’Islande ou la Suisse ou encore la Norvège bénéficient de statuts particuliers pour quand même faire partie intégrante de l’ECAA sans pourtant faire partie de l’Union Européenne.

  • Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google plus
  • Pinterest
 

Une question ?

Estelle
Votre conseillère commerciale est à votre service

+33 (0)7 82 215 921